Spécialiste de programme

Numéro du poste : 6BIED 0001TA

Classe : P-4

Secteur de tutelle : Secteur de l'éducation (ED)

Lieu d'affectation: Burundi

Famille d'emplois: Éducation

Type de contrat : Engagement temporaire

Durée du contrat : 11 mois

Recrutement ouvert à : Candidats internes et externes

Clôture des candidatures (minuit heure de Paris) : 23-JUI-2024

 

Valeurs fondamentales de l’UNESCO : Engagement envers l’Organisation, intégrité, respect de la diversité, professionnalisme

 

La durée du contrat est de 11 mois avec possibilité de prolongation sous réserve de fonds disponibles et de performances satisfaisantes

 

RESUME DES FONCTIONS DU POSTE

Contexte

 

Le Burundi a validé et endossé en juin 2018 son Plan National de Développement pour la période 2018- 2027 (PND Burundi 2018- 2027) qui vise entre autres à « Développer un système éducatif performant, conforme aux besoins nationaux et aux normes internationales ». Cette orientation stratégique a été déclinée dans le Plan Sectoriel de l’Education 2022-2030, adopté par le Gouvernement en mars 2023. Ce processus s’est également appuyé sur les conclusions des Etats Généraux de l’Education organisés en juin 2022 et de la Déclaration d’Engagement du Chef de l’Etat au Sommet de Haut Niveau sur la Transformation de l’Education de septembre 2022 à New- York.

 

Par ailleurs, dans le cadre du nouveau modèle de financement du Partenariat Mondial pour l’Education (PME), le Burundi a élaboré un pacte de partenariat, avec pour objectif de définir un cadre de collaboration avec ses partenaires autour d’une Réforme Prioritaire susceptible d’améliorer la performance des systèmes éducatifs dans son ensemble. Le Pacte de Partenariat du Burundi, qui sert également de base pour déterminer l’orientation et les modalités des financements du PME, résulte de concertations des acteurs du système éducatif qui ont identifié « l’amélioration équitable et inclusive de la qualité des apprentissages » comme étant la réforme prioritaire pour la transformation du système éducatif burundais.

 

Dans son rôle d’appui aux pays pour la réalisation de l’Objectif de Développement Durable N° 4 (ODD-4), l’UNESCO accompagne le Burundi depuis de années, pour l’amélioration des performances de son système éducatifs, notamment à travers l’appui technique dans les domaines de politique et planification de l’éducation (incluant le développement du système d’information pour la gestion de l’éducation – SIGE), l’appui à l’élaboration de la politique enseignante, la riposte pédagogique d’urgence contre la Covid-19 et la mise en place de dispositifs d’enseignement à distance; l’accompagnement pour l’élaboration du pacte de partenariat, incluant la réforme prioritaire, etc.

Tâches du spécialiste de programme

 

Sous l’autorité générale de la Sous-Directrice générale pour l'éducation (ADG/ED), la direction du Directeur du Bureau Régional de l’UNESCO en Afrique centrale et la supervision directe du coordonnateur Régional pour l’éducation, le/la titulaire du poste est responsable de la gestion et de la mise en œuvre des activités du Programme ordinaire ainsi que des projets extrabudgétaires du secteur de l’éducation au Bureau de l’UNESCO à Bujumbura en vue de contribuer aux efforts du Gouvernement burundais pour la réalisation des cibles de l’objectif de développement durable N° 4 (ODD4) à l’horizon 2030 et de la Stratégie continentale de l'éducation pour l'Afrique de l'Union Africaine (CESA, 2016-2025), avec un accent particulier sur les réformes éducatives en cours, notamment celles relatives à la réforme prioritaire portant sur « l’amélioration équitable et inclusive de la qualité des apprentissages ».

 

Plus concrètement le/la spécialiste de programme exercera les fonctions suivantes :

 

Appui à la conception, mise en œuvre et gestion des politiques et reformes éducatives

  • Participer à la conception, la coordination, la mise en œuvre et la supervision des activités, des projets et des programmes éducatifs, en y assurant un suivi rigoureux, la rédaction des rapports et la diffusion des informations ;
  • Appuyer le Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique (MENRS) dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de la réforme prioritaire portant sur « l’amélioration équitable et inclusive de la qualité des apprentissages » ;
  • Identifier les besoins d’appui technique et de renforcement des capacités du MENRS dans les domaines d’avantage comparatif de l’UNESCO et faciliter, à travers le Bureau de l’UNESCO à Bujumbura, les interventions des entités pertinentes de l’Organisation, notamment le Bureau Régional de Yaoundé, les divisions du Siège et les instituts spécialisés (BIE, IIPE, IICBA, ISU, UIL).

Assistance technique et conseils au niveau politique

  • Conseiller et appuyer le MENRS pour le renforcement des capacités nationales en vue de l’élaboration et la mise en œuvre du programme relatif à la réforme prioritaire, y compris la mise en place d’un mécanisme rigoureux de suivi-évaluation et redevabilité ;
  • Appuyer le MENRS dans le suivi permanent des mesures d’accompagnement mise en place pour l’activation des facteurs favorables à la réforme prioritaire, notamment en ce qui concerne leur pertinence, leur efficacité/efficience, et leurs effets au sein du système éducatif, notamment les effets sur la qualité, l’inclusion, l’équité, et l'égalité des sexes ;
  • Initier des conseils pertinents au niveau politique et stratégique, en rapport avec les réformes éducatives en cours et projetées, à l’intention du MENRS et des partenaires, en usant des données et des informations fiables, dans une perspective comparative (en mettant en exergue les bonnes pratiques et les expériences réussies ailleurs) ;
  • Exploiter les résultats des recherches et des études récentes relatives aux réformes éducatives afin d’élaborer des recommandations utiles pour le MENRS et les partenaires techniques et financiers ;
  • Assurer la participation de l'UNESCO aux dialogues politiques sur l’éducation et lors de la formulation des politiques/stratégies de l’éducation, y compris la réforme prioritaire.

 

Réseautage, communication, production et gestion des connaissances

  • Contribuer au développement de réseaux pour la promotion de l’éducation, tant au niveau national, régional qu’international au profit du MENRS ;
  • Appuyer le MENRS dans la planification, l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies et des activités de sensibilisation et de plaidoyer pour le développement de l’éducation ;
  • Participer à la production et au partage des connaissances sur la situation et les tendances de l’éducation dans le pays, en rapport avec les réformes éducatives en cours, en particulier celle relative à la réforme prioritaire.

Création/renforcement des partenariats et mobilisation des ressources

  • Contribuer à la création et/ou le développement des partenariats multi-niveau et/ou multi-acteur, y compris avec le secteur privé, en vue de l’accélération des progrès vers les objectifs éducatifs du pays ;
  • Elaborer le volet technique des conventions, mémorandum d’entente, et documents de projet avec les différents partenaires techniques et financiers ;
  • Prendre part aux réunions du Groupe local des partenaires de l’éducation, du groupe thématique Education, des différents comités de concertation et des ateliers et séances de travail organisés par le secteur de l’éducation ;
  • Explorer et développer des mécanismes de financement innovants/alternatifs et des opportunités de mobilisation de ressources.

COMPETENCES (Fondamentales / Managériales)

Communication (F)
Responsabilité (F)
Innovation (F)
Partage des connaissances et volonté constante d’amélioration (F)
Planification et organisation (F)
Culture du résultat (F)
Travail en équipe (F)
Professionnalisme (F)
Création de partenariats (M)
Conduite et gestion du changement (M)
Aptitude à prendre les bonnes décisions (M)
Développement d’une réflexion stratégique (M)
Gestion de la performance professionnelle (M)
Direction et autonomisation des collègues (M)

Pour plus d’informations, merci de consulter le Référentiel des compétences de l’UNESCO.

QUALIFICATIONS REQUISES

Education

  • Un diplôme universitaire de niveau Master ou équivalent dans le domaine de la planification de l’éducation, de l’économie, du développement ou tout autre domaine pertinent des sciences sociales.

 

Expérience professionnelle 

  • Au moins 7 ans d’expérience professionnelle pertinente, à des niveaux de responsabilité croissants, dans les domaines de l’analyse, la planification, la gestion et l’évaluation des projets et programmes d’éducation, dont préférablement au moins trois (3) années d’expérience acquises au niveau international ;
  • Expérience avérée dans les domaines d’assistance technique pour les réformes éducatives, de suivi-évaluation des programmes et de mobilisation des ressources.

 

Savoir-faire et compétences

  • Très bonnes connaissances du fonctionnement des systèmes éducatifs dans le contexte des pays en développement et d’Afrique en particulier ;
  • Capacité à concevoir et élaborer des notes conceptuelles et des documents de projets et des études sectorielles ;
  • Très bonne connaissance des principaux bailleurs de fonds dans le domaine de l’éducation ;
  • Capacités d’établir des partenariats stratégiques et de mobiliser des ressources ;
  • Capacité avérée de leadership, de gestion et de supervision d’équipes, y compris dans des contextes multiculturels ;
  • Excellente capacité d’analyse stratégique, d’organisation, de coordination et de réseautage ;
  • Capacité à effectuer régulièrement des missions en particulier dans des contextes divers et difficiles ;
  • Capacité à travailler sous pression et à respecter les échéances ;
  • Excellentes aptitudes de communication orales et écrites ;
  • Maitrise de l’outil informatique, notamment de la suite MS Office (Word, Excel, Outlook, PowerPoint, etc.).

 

Langues

  • Excellente connaissance du français et bonne connaissance de l’anglais.

QUALIFICATIONS SOUHAITEES

Education

  • Un diplôme universitaire supérieur (Ph. D. ou équivalent dans un domaine pertinent pour l'analyse des politiques éducatives, comme les politiques publiques, la sociologie de l'éducation ou l'économie de l'éducation).
  • Une formation professionnelle certifiée dans les domaines du diagnostic sectoriel, de l’analyse des politiques éducatives, de la planification ou du financement de l’éducation.

 

Expérience professionnelle 

 

  • Expérience confirmée dans l’analyse des politiques éducatives, la planification de l’éducation et la conduite des réformes éducatives.
  • Expérience professionnelle dans le système des Nations Unies ou dans d'autres organisations internationales dans le domaine de l'éducation.

 

Savoir-faire et compétences

  • Capacité à utiliser des méthodes quantitatives, des données et des preuves pour l’analyse, la formulation des stratégies et les conseils/recommandations au niveau politique.
  • Bonnes connaissances des problématiques du développement durable (ODD4 en particulier), de l’économie verte, de l’utilisation de nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle en lien avec l’éducation et la formation.

SALAIRES ET INDEMNITES

Les salaires de l'UNESCO se composent d'un salaire de base et d'autres avantages qui peuvent inclure, le cas échéant : 30 jours de congé annuel, allocation familiale, assurance médicale, régime de retraite, etc.

Le traitement annuel de départ pour ce poste est de l’ordre de 110, 576, 18 dollars des États-Unis.

Pour plus d'informations sur les salaires et indemnités, veuillez consulter notre Guide sur les salaires et indemnités au personnel

PROCESSUS DE SÉLECTION ET DE RECRUTEMENT

Veuillez noter que tous les candidats doivent remplir une demande en ligne et fournir des informations complètes et exactes. Pour postuler, veuillez visiter le site Web de l'UNESCO carrières. Aucune modification ne peut être apportée à la candidature soumise.

 

L'évaluation des candidats est basée sur les critères de l’avis de vacance de poste et peut inclure des tests et/ou des évaluations, ainsi qu'un entretien basé sur les compétences.  

 

L'UNESCO utilise des technologies de communication telles que la vidéo ou la téléconférence, la correspondance par e-mail, etc. pour l'évaluation des candidats.

 

Veuillez noter que seuls les candidats sélectionnés seront contactés et que les candidats à l'étape de sélection finale seront soumis à une vérification des références sur la base des informations fournies.

L’UNESCO rappelle que la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. L’UNESCO applique une politique de tolérance zéro à l’égard de toute forme de harcèlement. L’UNESCO s’est engagée à atteindre et à maintenir une répartition géographique équitable et diversifiée, ainsi que la parité des genres parmi les membres de son personnel dans toutes les catégories et à tous les niveaux. En outre, l’UNESCO est résolue à atteindre une diversité de personnel sur le plan du genre, de la nationalité et de la culture. Les candidatures de ressortissants d’États membres non et sous-représentés (veuillez cliquer ici pour la dernière mise à jour) sont particulièrement bienvenues et vivement encouragées. Les personnes issues de groupes minoritaires et de groupes autochtones, ainsi que les personnes handicapées, sont également encouragées à postuler. Toutes les candidatures seront traitées avec la plus grande confidentialité. Une mobilité mondiale est requise pour les membres du personnel nommés sur des postes internationaux.

L’UNESCO ne prend de frais à aucune étape du recrutement.